missiontimotheemissiontimothee
banniere
webradio-kidswebradio-kids
banniere

ACCIMG

Jonas, chapitre 4

Clique sur le bouton pour écouter le texte

Nous avons laissé Jonas à Ninive où il a annoncé le jugement de Dieu. Les habitants ont pris les paroles de Dieu à cœur et se sont repentis. Devant cette attitude sincère de repentance, Dieu, dans sa grâce, pardonne leur méchanceté et annule le jugement annoncé par Jonas.

Devant la bonté de Dieu, Jonas se fâche, il est vraiment en colère. Il se sent trahi, désapprouvé. Dans son orgueil national, il voulait que les ennemis de son peuple périssent et que Dieu ne leur pardonne pas. Il y voit une certaine injustice. Il est tellement mal qu’il veut mourir. Il préfère ne plus vivre plutôt que de voir les gens de Ninive être graciés.

Jonas fait cette prière au Seigneur : « Ah ! Seigneur, je le savais bien quand j’étais encore dans mon pays. C’est pourquoi je me suis dépêché de fuir à Tarsis. Je le savais bien, tu es plein de tendresse et de pitié, patient, plein d’amour, et tu regrettes tes menaces » (Jonas 4:2). Il réagit comme les deux disciples de Jésus qui voulaient que le feu tombe du ciel sur ceux qui n’étaient pas d’accord avec Jésus.

Nous ne pouvons pas approuver cette attitude de Jonas qui ressemble à « deux poids - deux mesures ». Lui, qui a bénéficié de la grâce, veut que les gens de Ninive en soient privés. Cette situation montre ce que Jonas a au fond du cœur et ce n’est pas terrible. Il est même très irrité contre Dieu, contre sa bonté.

 

Le sort des autres nous laisse-t-il indifférent ?

Dieu pose une simple question à Jonas : « Est-ce que tu as raison de te mettre en colère ? » (verset 4). La question qui dérange, qui oblige à considérer nos réactions. Un peu comme quand Jésus a dit : « Que celui qui est sans péché jette la première pierre ». Tous, repris dans leur conscience, sont partis les uns après les autres sans lancer une seule pierre.

Je reprends notre texte versets 6 à 8. Afin de calmer l’irritation de Jonas, Dieu fait pousser un buisson qui donne de l’ombre et fait du bien à Jonas. Mais la plante meurt et Jonas s’irrite à nouveau (quel caractère). Ainsi Dieu l’a rendu attentif et lui parle : « Tu as pitié de la plante qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait pousser, qui est née une nuit et qui a disparu l’autre nuit, et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de 120 000 êtres humains. »

Nous nous irritons, nous jugeons, nous condamnons les hommes avec dureté, dans notre propre justice. Mais Jésus est doux et humble de cœur et Il veut faire grâce à tous ceux qui se repentent de leurs péchés. N’oublions jamais que cette grâce qui nous est accordée gratuitement a couté très cher à Dieu. Le prix est celui de la mort de Jésus sur la croix.