missiontimotheemissiontimothee
banniere
webradio-kidswebradio-kids
banniere

ACCIMG

Les trois amis de Job

Clique sur le bouton pour écouter le texte

Nous avons découvert la semaine dernière comment Dieu a permis à Satan de toucher Job. Satan lui a enlevé ses biens, ses enfants et même sa santé. Dieu ne lui a cependant pas permis de lui enlever la vie (Job 2:6). La femme de Job, révoltée, incite alors Job à maudire Dieu et à demander la mort. Job, cependant, lui ferme la bouche et reste ferme malgré la souffrance. Pas plus que nous, Job ne comprend pas ce qui lui arrive mais il se soumet à Dieu. Il ne se révolte pas.

Ses amis, Éliphaz, Bildad et Tsophar, viennent le visiter dans son malheur et restent sans paroles pendant plusieurs jours. Accablé par la souffrance, Job se plaint, puis, finalement se révolte. Il n’a plus envie de vivre. Ses amis alors lui parlent, chacun à sa manière.

Le premier ami : Où est ton espérance ? lui dit Éliphaz. Dieu châtie l’homme qu’il aime !

Le second : Bildad ne comprend pas pourquoi Job se plaint et se justifie ; loin de le soutenir, il l’accable encore. « C’est à cause de tes péchés et de ceux de tes fils que tout cela t’arrive ! »… Bildad scrute le passé de Job ; sans compassion, il accuse Job.

Le troisième ami : Tsophar est conscient de posséder une sagesse supérieure à celle des autres et à celle de Job. Il voudrait amener Job à se repentir…

Job ne peut recevoir les conseils de ces hommes. Après les avoir écoutés il résiste fermement à leurs paroles, se détourne d’eux et se tourne résolument vers Dieu. Il dit : « Je veux parler au Tout-Puissant et me défendre devant Lui… Vous n’êtes que de mauvais médecins, si seulement vous pouviez vous taire ! Taisez-vous, laissez-moi ! » (Job 13:3 à 11). Puis il parle à Dieu en suppliant : « Mon dieu donne-moi seulement deux choses, retire de moi la souffrance, puis, parle moi et je te répondrai » (13:20 à 22).

Sans comprendre ce qui lui arrive Job sait cependant que son Dieu n’agit pas d’une manière injuste. Il trouve son refuge dans la Parole de Celui qui répond aux prières.

Il y a déjà une certitude que Dieu inscrit dans son cœur, et qui le soutient. Job l’exprime au chapitre 19 du livre : « Je voudrais que mes paroles soient écrites et qu’elles soient pour toujours gravées dans le roc : Je sais que mon rédempteur est vivant, Il se lèvera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera détruite, Il se lèvera et je contemplerai Dieu. Je le verrai et Il me sera favorable. Mes yeux le verront et non ceux d’un autre. Mon âme languit d’attente au-dedans de moi ! » (Job 19:23).

Alors que les amis de Job l’invitaient à regarder à son passé, le Seigneur, malgré la souffrance encore présente, soutient son âme par des paroles d’espérance. La seule réalité qui réjouit et soutient le cœur de Job est celle de la vie éternelle auprès de son rédempteur (son sauveur). Je le verrai de mes yeux !

Notre avenir et notre joie à nous aussi est dans l’œuvre accomplie par Jésus pour que nous soyons pour toujours auprès de Lui. Nos yeux le verront et nous serons pour toujours avec Lui.

« Vous l’aimez sans l’avoir vu, vous croyez en lui sans le voir encore, vous réjouissant d’une joie merveilleuse et glorieuse, parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour récompense de votre foi » (1 Pierre 1:8).

Paroles partagées

La méditation de la semaine